C. pour coup de gueule

creer-cest-oser-ben-www.jesuislinsolente.com
Mes loulous,
Avant de reprendre nos aventures, je tenais à m’excuser pour ces longues semaines de silence. Sans rentrer dans les détails, j’ai été découragée par le retour sur mon blog, d’un grand magazine féminin. Pas facile de retrouver la motivation pour écrire après ça ! Après une longue période de wallowing (d’apitoiement sur mon sort) et un déménagement, me revoilà, plus forte que jamais, prête à affronter tous les défis et à ne plus me faire déstabiliser par le point de vue d’une personne,  aussi respectable soit-elle ! #YouGoGirl
J’en profite donc pour encourager tous les blogueurs, blogueuses, écrivains, journalistes, pigistes, scénaristes, dramaturges…Ceux que j’aime et ceux que j’aime moins. Parce qu’écrire c’est pas si facile ! Ça se travaille, ça s’essaie, ça se découvre. Comme toute forme d’art, ça ne peut pas plaire à tout le monde, et heureusement. Certains trouveront un récit drôle alors que d’autres le trouveront « insipide, inodore et sans saveur » (pour reprendre l’expression de ma #1 fan), et alors ?
Publicités

A. pour avant-dernière chance

theblingring_sofiacoppola_www.jesuislinsolente.com
Comme moi, tu es toujours la première à défendre son travail, à la fois juste et délicat. Tu t’es même surprise à échanger quelques messages incongrus avec de parfaits inconnus sur Facebook, qui la traitaient de « fille à papa insipide ». C’est elle qui t’a fait découvrir le talentueux Jeffrey Eugenides, qui t’a introduite à une de tes chansons préférée, puis à une autre de tes chansons préférées. Sans elle, tu ignorerais encore que Dakota Fanning a une petite soeur, que Kirsten Dunst rend mieux en nympho paumée qu’en reine d’Autriche, et qu’Emma Watson ne doit plus jamais, mais alors plus jamais, porter des extensions. J’ai nommé la grande Sofia Coppola.