M. pour Mr. Right now !

kiss-frog_prince charmant_date_www.jesuislinsolente.comTrouver l’âme soeur à Paris, c’est un challenge ! Et cet Automne indien qui n’en finit plus ne favorise pas les rencontres. Qui a envie de sortir avec un temps pareil ? Aussi ai-je décidé de partager avec vous quelques une des mes histoires chaotiques, parce que ça fait toujours du bien de se dire qu’il y a pire ailleurs. En espérant que mes déboires sentimentaux vous fassent sourire et même rire.
Je qualifierais ma vie sentimentale de fiasco et ça fait deux ans que ça dure. Oui, deux ans c’est long. Non, je n’ai pas encore songé à virer lesbienne (même si c’est le sujet du moment – une petite pensée pour Bruno et Vincent qui se sont dit oui aujourd’hui et pour Julie Maroh et Abdellatif Kechiche, les grands gagnants du festival de Cannes). Et oui, j’y crois encore !
Je m’apprête à aller dîner au resto pour les 30 ans d’une amie. Un dîner où je serai la seule célib’ #joie. Vous pouvez m’appeler Bridget ! Mais avant de me faire dévorer par des bergers allemands, je souhaitais partager « mon tableau de chasse de tocards » avec vous.
Je me suis séparée de mon copain il y a deux ans (bientôt trois) et depuis j’enchaîne les plans de mer…biiiiiiiiip. J’ai d’abord eu ma période adopteuntocard.com. Je n’étais pas très partante pour le online dating mais les copines avaient réussi à me motiver. Au début c’était drôle, je passais plus de temps à rigoler devant les profils et les messages de certains qu’à la recherche  de Mr. Right. Pour ceux qui ne connaissent pas le principe du site; cela fonctionne comme un supermarché dans lequel les filles ont le pouvoir et autorisent les garçons à leur parler en les plaçant dans leur cadis.
J’ai eu le droit à l’intellectuel :
–          « Tu as l’air intelligente. Enchanté moi c’est … »
A l’arrogant :
–          « Merci de t’être arrêtée au rayon champagne ! »
Au romantico-poète :
–          « Ton profil me plaît beaucoup. Tu as l’air d’être une fille nature. Ton sourire illumine ton visage…et mes pensées ».
Et puis il y a eu Mr. Hamster. Son profil était bien écrit, drôle, un peu loufoque mais good loufoque. Je me suis surprise à penser : « Et si c’était lui ? ». Nous nous sommes écrits pendant de longues semaines (Mr. Hamster était un peu timide) et puis un jour, il m’a proposé d’aller boire un verre. J’étais comme une folle. En plus, sur ses photos, il avait l’air pas mal mais j’aurais dû me méfier du chapeau ou bonnet fixé sur sa tête, sur toutes les photos. J’aimais bien ce côté mi- sportif, mi- artiste.  L’idée d’aller boire un verre me réjouissait car, au moins, si le feeling ne passait pas, c’était bouclé en une heure max. Mais deux jours avant le fameux date, il m’a proposé d’aller au resto. Je ne pouvais pas vraiment refuser et puis je l’aimais bien ce garçon…
Rendez-vous donc confirmé rue de Turenne ! En femme prévoyante, je googlise l’adresse pour me faire une idée de ce que je vais manger et  surtout comment je dois m’habiller. Comme toujours, j’arrive en retard; Mr. Hamster est en train de boire un cocktail à 12€ (il n’a pas choisi l’endroit le moins cher de Paris). Choquée, je réalise immédiatement qu’il a menti sur son profil (- 15 points pour Hamster). Il est plus proche des 1m70 que des 1m90 annoncés. Il est tout maigrichon et chauve (d’où le port du chapeau obsessionnel), mais le chauve qui ne s’assume pas, vous voyez ! Je ne peux tout de même pas partir, aussi je décide  de tenter,  bon an mal an, de passer un bon moment. Je commence à me détendre un peu (ne jamais sous-estimer le pouvoir du vin rouge dans ce genre de situation)… Et puis, c’est le drame !
Il a cette drôle de manie, qui consiste à faire des réserves de nourriture dans ses joues (ce qui explique le surnom). Il semblerait que Mr. Hamster n’ait pas appris le principe de déglutition. Je le regarde manger très, très vite et ne rien avaler. Je manque d’exploser de rire plus d’une fois, mais je réussi à garder mon sérieux jusqu’à la fin du repas ( + 15 points pour moi). Puis, il se lève pour aller aux toilettes (encore une occasion de l’observer sous toutes ses coutures). Quand il revient MAGIE ! Ses joues ont repris une taille normale.
Vous pensez peut être que l’histoire se termine là, mais non il y a pire
Arrive le moment du dessert. J’hésite pour deux raisons : officiellement je fais la fille à base de « ce n’est pas raisonnable – je ne devrais pas craquer » et officieusement, je me dis que 12€ le déssert c’est a-bu-sé ! En grand seigneur, Mr. Hamster me lance un: « fais-toi plaisir, prend ce que tu veux ». Je me laisse donc tenter. Sauf qu’au moment de payer l’addition, il prend les devants et…non, il ne paye pas rassurez-vous, mais demande au serveur s’il est possible de partager la note en deux. Goujat ! J’ai non seulement payé pour mon repas mais pour les deux cocktails qu’il avait bu en m’attendant. La grande classe !
Après cette histoire regrettable, j’ai décidé de faire une pause. Quelque temps plus tard,  j’ai rencontré Mr. Eco-friendly à une soirée. Il avait l’air sympa, aimait danser, savait faire la Caipirinha comme personne et avait demandé mon numéro à la copine d’un copain en fin de soirée. Premier date : le mec est nettement moins mignon que dans mes souvenirs (ne jamais sous-estimer les effets du vin rouge sur le physique d’autrui). On se retrouve dans un bar du 19ème, on boit un verre et puis il commande à manger.  Je n’avais pas faim ce jour là. Je le regarde manger du boudin (beurk !) en l’écoutant parler de son frère homosexuel, des scouts, de sa mère autoritaire et de son envie de vivre dans une ferme au Brésil (il a même le signe du recyclage tatoué).  L’addition arrive et là, je vous le donne en mille…nous partageons la note. Fool me once, shame on you. Fool me twice, shame on me! (Et voici la super traduction que je viens de trouver : Tu m’y prends une fois, tu es une fripouille, tu m’y prends deux fois, je suis une andouille ! – mais vous saisissez l’expression). C’est le moment de se dire au revoir, je lui demande s’il veut me raccompagner au métro et il me répond texto: “non, moi je vais rentrer en vélo”. Je rentre à la maison en me disant que le courant n’est décidément pas passé; quand je reçois un sms pour me remercier pour cette soirée for-mi-da-ble (are you freakin’ kidding me?).
Les vacances d’été arrivent, je n’ai plus trop de nouvelles et tant mieux. Il finit par m’appeler à son retour en me disant qu’il m’a fait un cadeau d’anniversaire (le jeune homme est en effet, plein de surprises). J’accepte donc de le revoir 😉 Mr. Eco-friendly arrive à notre rdv avec une demi-heure de retard. Ça part mal. Finalement, et pour se faire pardonner, il m’offre à boire (me serais-je complètement tromper sur son compte ?). Il me reparle de sa mère qui a l’air horrible et me demande d’un coup, combien je gagne dans la vie. Bizarre comme question, non ? Je ne réponds pas tout de suite, Monsieur s’énerve et m’explique comme c’est fou qu’en France on fasse un tel tabou sur le salaire. (Part aux Etats-Unis et on reparle de la notion de tabou, l’ami !). Pour me rassurer et pas du tout pour rigoler, il confesse : « si je demande ça c’est pas pour te mettre mal à l’aise mais c’est juste pour savoir si je te paye ton deuxième verre ou non ». #WTF
C’est fini je ne veux plus le revoir, il est décidément trop radin !
Le temps passe et un jour Mr. Eco-friendly refait surface. Il propose gentiment de venir me chercher à la gare (je rentrais de Lyon, malade comme un chien), un brin étonnée, j’accepte sa proposition généreuse. Je n’avais qu’une envie : rentrer me coucher. J’avais imaginé qu’il me raccompagnerait chez moi (grossière erreur). Après une bonne vingtaine de minutes de marche pour trouver un café qui lui convienne, il propose de m’aider avec ma valise (Monsieur est trop généreux) puis arrive le moment des escaliers. Je lui propose poliment de l’aider avec ma valise et il me répond (et c’est toujours pas pour de rire) : « Oui je veux bien après tout, c’est ta valise ». Il enchaine : « S’il y a bien un truc qui m’énerve dans le métro, ce sont toutes ces femmes avec leurs poussettes ou leurs courses et (vous ne devinerez jamais la suite – wait for it)…qui demandent constamment de l’aide comme si elles ne peuvent pas se débrouiller seules ». Sous le choc, j’invente un rdv avec une copine et je pars en courant. Merci, au revoir !
Ce n’est pas tout. Il y aussi eu Joe l’incruste qui voulait me voir tout le temps et de préférence chez moi alors qu’on ne se connaissait que depuis 2 minutes. Le premier date il s’est carrément invité chez moi et n’a décollé que 27 heures plus tard (oui j’ai compté).
Puis, il y a eu Mr. Présomptueux. Vous savez le genre d’hommes qui pensent que les femmes ont besoin d’être drivées et qui, partant de ce principe là, prennent la liberté de commander pour vous au resto ? (Do not order for me ever!). L’avantage de Mr. Présomptueux c’est que lui, au moins, il paye l’addition ! L’ennui c’est que quand il m’a proposé de me ramener chez moi en scoot, je ne m’attendais pas à ce qu’on fasse un crochet par son appartement.Il avait soi disant oublié un truc. Bien tenté !

Tout compte fait, la légende dit sûrement vrai.  Peut-être  faut-il embrasser beaucoup de grenouilles avant de trouver son prince. Mais de combien de grenouilles on parle au juste ?

Publicités

Une réflexion sur “M. pour Mr. Right now !

  1. Pingback: D. pour dilemme d’une blogueuse en herbe | L'insolente

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s